Partager cet article
Imprimer cet article
Envoyer à un ami

Les différentes addictions : les causes et les risques de dépendance

Les différentes addictions, risque dépendance, causes des addictions En France, la consommation de substances psycho-actives est à l’origine de plus de 100 000 décès évitables, par accidents et maladies (source : ministère de la santé).
L’addiction ne connaît pas d’âge limite ni de secteur circonscrit : tout comme les jeunes adultes, les seniors peuvent souffrir de dépendance. Les différentes addictions, que ce soient l'alcool, les médicaments psychotropes, les drogues, les jeux ou les multiples pratiques, nuisent à leur vie sociale.
Il est essentiel d’en parler afin de mieux comprendre les causes des addictions et le risque de dépendance qu'elles peuvent entrainer. 

 
Quelles sont les différentes addictions et le risque de dépendance qu'elles supposent ?

L’addiction est caractérisée par la dépendance, soit l’impossibilité répétée de contrôler un comportement à risque, malgré la connaissance de ses effets néfastes.

Nous traiterons ici uniquement des produits addictifs.
 
Les différentes addictions rencontrées le plus fréquemment concernent des substances psycho-actives (qui agissent sur le cerveau) : l’alcool, le tabac, les médicaments psychotropes (anxiolytiques, hypnotiques, etc.), les drogues (illicites, comme le cannabis, la cocaïne, l’héroïne, les amphétamines, l’ecstasy, etc.)
 
D’autres conduites addictives existent : liées à certains psychostimulants (par exemples café, thé) ; au jeu pathologique (de hasard, d’argent, etc.), aux conduites d’achat, à la télévision, à une personne(dépendance affective), etc.
 
Quelques soient ces substances, toutes ont la même propension à entrainer chez l'utilisateur un risque de dépendance
 

Les causes fonctionnelles et les symptômes de la dépendance 

Les causes fonctionnelles de la dépendance :

Les différentes addictions dues aux produits comme l'alcool, les médicaments psychoactifs, le tabac, les drogues, augmentent la libération de dopamine dans le cerveau : cette molécule fabriquée par les neurones déclenche une dépendance. Cette molécule active le "circuit de la récompense" et entraîne temporairement une sensation de satisfaction ou de plaisir.
 
A long terme, l’usage répété du produit addictif crée une accoutumance : la substance étant mieux tolérée, les besoins sont accrus et la personne doit augmenter sa consommation (d’alcool, de cigarettes, etc.) pour obtenir l’effet désiré (détente, étourdissement, oubli, désinhibition, etc.). Dès lors, s’installe un asservissement plus ou moins aliénant : la personne n’arrive pas à réduire ou contrôler sa consommation malgré la connaissance des risques dépendance. En l’absence de consommation, un malaise psychologique et parfois physique apparaît (signes de manque).
 
Les symptômes de la dépendance :
 
Les addictions perturbent l'état psychique et le fonctionnement cérébral, et peuvent provoquer : un état de conscience et une perception de l’environnement modifiés, une prise de risque, une baisse de la concentration et de la vigilance, une réactivité moindre, des troubles du comportement et de l‘humeur, etc.
A plus ou moins long terme, la dépendance favorise l'isolement, le retrait social et la solitude.
 

Les causes des addictions des seniors

Le recours à la prise de médicaments, d'alcool, de drogues traduit très souvent un mal être, une faiblesse passagère ou installée. Ces produits, souvent consommés dans un premier temps de manière ponctuelle afin de remedier à cet état de souffrance, peuvent sans que l'utilisateur sans rende compte, devenir une véritable addiction. 

Les seniors, fragilisés par l’avancée dans l’âge, sont particulièrement vulnérables face aux addictions. Les causes d’addiction des personnes âgées peuvent être multiples :
- stress, dépression, angoisse
- manque d’estime de soi, dévalorisation identitaire, perte de confiance
- rapport au corps et à la santé perturbé par le vieillissement, peur de l’avenir
- passage à la retraite difficile, ennui
- décès de proches
- problèmes de santé, pathologies chroniques, douleurs physiques
- solitude, relations sociales et/ou familiales conflictuelles ou inexistantes, etc.

Les consommations répétées de substances addictives mettent en danger la santé : l’alcool, le tabagisme, l’auto-médication, augmentent la survenue d’accidents domestiques et routiers (chute, blessure, somnolence au volant, etc.), et favorisent le développement de pathologies et troubles chroniques (cancers, cirrhoses, troubles cardio-vasculaires et respiratoires, ostéoporose, dépression, etc.).

 

Conseils pratiques pour prévenir et prendre en charge les conduites addictives

  • Il est possible d’éviter l’installation d’une dépendance (à un produit, une substance, ou à une pratique) et de prendre en charge les conduites à risques. Une bonne hygiène de vie participe à prévenir les comportements addictifs et favorisent la santé physique et mentale.

    - Avoir une alimentation équilibrée et adaptée : l’alimentation participe à se sentir bien dans son corps et dans sa peau. Une nutrition saine permet d’éviter certaines carences et apporte l’énergie nécessaire à l’organisme. Bien s’alimenter, c’est aussi prendre soin de soi. Il est notamment recommandé de limiter sa consommation de graisses, de sel et d'alcool et de favoriser les fruits et légumes frais, les céréales et légumineuses (guide nutrition à partir de 55 ans – Inpes/PNNS ).

    - Pratiquer une activité physique régulière : elle contribue à la bonne forme physique et favorise la confiance en soi et souvent la socialisation. La marche, la natation, la gymnastique, le vélo, la course à pied sont des sports conseillés. Les efforts doivent cependant être adaptés à votre état de santé : demandez conseil à votre médecin.

    - Veiller à la qualité de votre sommeil : éviter la consommation d’excitants avant de dormir (café, thé, etc.) et se coucher à des heures fixes et régulières, sur une literie de qualité.

    - Rester vigilant avec les médicaments et ne pas recourir à l’auto-médication
    : lire les notices et respecter les posologies des médicaments prescrits par le médecin. Ne pas prendre de médicaments psycho actifs (antidépresseurs, anxiolytiques, hypnotiques, etc.) sans surveillance médicale.

    - Adopter une bonne hygiène de vie, saine et favorisant la détente : le stress, la dépression, le manque d’estime de soi, l’ennui, la solitude, sont susceptibles d’entraîner un comportement addictif. Prévenir et lutter contre la dépendance, c’est tout d’abord préserver sa santé et soigner son moral : en mangeant correctement, en pratiquant des activités et loisirs, en rencontrant d’autres personnes (proches, connaissances, voisins, amis, etc.). Des exercices de relaxation ou de gestion du stress apprennent à se détendre au quotidien (yoga, tai chi chuan, qi gong, etc.).

    En cas de conduites addictives et/ou lorsque la dépendance est installée

    - Admettre le problème : la dépendance (physique, psychique, comportementale) est souvent niée. Un sentiment de honte peut apparaître. Reconnaître le problème est une première étape pour prendre en charge et envisager de se défaire du comportement à risque.

    - Accepter d’être aidé et parler : si vous remarquez ou si votre entourage vous fait part d’un changement de comportement vis-à-vis de l’alcool ou d’autres produits addictifs (surconsommation, abus réguliers, etc.) ; parlez-en à un médecin ou appelez les numéros d’aide téléphonique (Drogue, Alcool, Tabac info Service : 0800 23 13 13 - appel gratuit depuis un poste fixe).
    Il est essentiel de ne pas s’isoler et se replier sur soi. De nombreuses solutions existent et sont proposées et choisies individuellement (sevrage, substitut et aide médicamenteuse, cure; accompagnement psychologique et social, thérapie cognitivo-comportementale, prévention des rechutes, etc.).

    - Consulter un professionnel : médecin traitant, médecin spécialiste de l’addiction (addictologue, alcoologue, tabacologue, etc.), ou psychologue - psychothérapeute spécialisé. La dépendance nécessite souvent une prise en charge globale (médicale, physique et psychique).

    Les comportements dépendants sont à plus ou moins long terme destructeurs : une aide précoce est recommandée. Plus les difficultés sont traitées en amont, mieux l’addiction pourra être stoppée.
 

 
 

En savoir plus

 

 

Écrit par Docteur Vincent Bonniol le 24/09/13
  
Partager cet article
Imprimer cet article
Envoyer à un ami
 


Des actions de prévention proche de chez vous

Vous rendre acteur de votre santé et vous aider à bien vieillir

Cliquez ici

News Santé


Ne consommez jamais un champignon dont l’identification n’est pas certaine !

En savoir plus

 

Des défibrillateurs partout en France

Trouver un défibrillateur...

Cliquez ici

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.

Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici. 

Mentions légales | Plan du site | Les sites Humanis | Partenaires
Sites à découvrir : - Humanis - Prévoir ma retraite - Comprendre ma retraite