Partager cet article
Imprimer cet article
Envoyer à un ami

Qu'est-ce qu'un ulcère ? : les causes et les traitements pour le soigner

causes ulcères, qu'est ce qu'un ulcère, soigner un ulcère L'ulcère duodénal est une maladie fréquente qui touche environ 8 % de la population active, principalement les hommes jeunes avec un pic de fréquence entre 40 et 50 ans. Pour l'ulcère gastrique, ce pic de fréquence se situe entre 55 et 65 ans. 
Quelles peuvent être les causes d'un ulcère ? Comment soigner un ulcère ?
 

 

Qu'est-ce qu'un ulcère ?

Un ulcère est une affection fréquente caractérisée par une plaie ou une lésion généralement bénigne : la surface des tissus, creusée plus ou moins profondément, peut présenter des saignements.
On distingue deux grands types d’ulcères de l’appareil digestif (ou ulcères peptiques) :
- l’ulcère gastrique : localisé sur la paroi de l'estomac ;
- l’ulcère duodénal : touchant la paroi du duodénum (situé à la jonction entre l'estomac et l'intestin grêle).
Les ulcères duodénaux sont beaucoup plus fréquents, mais les ulcères de l’estomac doivent être surveillés davantage car ils peuvent quelques fois évoluer en cancer.
Ces lésions sont liées à une perte de substance de la muqueuse stomacale ou duodénale, et peuvent provoquer de vives douleurs. L’acide gastrique et les autres liquides sécrétés par l’estomac attaquent les tissus et provoquent une inflammation (ou gastrite) : sans traitement, la paroi du tube digestif peut être endommagée et générer la formation de la lésion ulcéreuse.
Les ulcères gastro-duodénaux se traitent assez facilement mais entraînent parfois de graves complications (ulcère hémorragique, perforation de l'ulcère, etc.) : il est donc nécessaire de diagnostiquer précocement cette affection. Cela permettra de traiter et de soigner l'ulcère plus rapidement.

 

Les causes de l'ulcère et les différents facteurs de risque existants
 

Après s'être intéresser à ce qu'est un ulcère, il convient d'identifier les raisons de l'apparition de cette maladie.

On reconnaît désormais scientifiquement que les ulcères sont principalement causés par une bactérie nommée Helicobacter pylori. Elle stimule la production de certaines substances toxiques pour la muqueuse et affaiblit les mécanismes naturels de défense. Cependant, seul un nombre limité des personnes porteuses de cette bactérie développera une lésion ulcéreuse. Les traitements actuels reposent essentiellement sur l’éradication de l’Helicobacter pylori.

Certains facteurs de risques sont également connus pour favoriser la survenue d’ulcères digestifs :
- certains traitements : la prise répétée d'anti-inflammatoires, stéroïdiens ou pas (AIS ou AINS) produisent un surcroit d’acidité (aspirine, ibuprofène, médicaments contre les troubles arthritiques). Ces médicaments inhibent l’action de certaines substances (prostaglandines notamment) et affaiblissent les mécanismes de défense de la muqueuse gastrique ;
- le tabagisme : fumer peut retarder, voire empêcher, la guérison d’un ulcère.

D’autres facteurs aggravants, pouvant entraîner un déséquilibre de l’estomac, sont aussi évoqués comme des causes favorisant l'apparition d'ulcères :
- des facteurs liés à l’environnement : la consommation excessive d’alcool (qui endommage la paroi du tube digestif), une alimentation déséquilibrée (pauvre en fruits et légumes notamment) ;
- des facteurs génétiques (les antécédents familiaux peuvent favoriser la formation d’un ulcère) ;
- le stress émotionnel (permanent).
 

Comment repérer un ulcère de l’appareil digestif ?

Les ulcères gastro-duodénaux peuvent parfois apparaître silencieusement, sans provoquer de symptômes. Cependant, ils se manifestent généralement par :
- des douleurs intenses à l’abdomen, dans la région épigastrique (creux de l’estomac), pouvant aussi survenir la nuit. Des sensations de ballonnement, de brûlures, de crampes d’estomac, de tiraillements peuvent être ressenties et soulagées par l'ingestion de nourriture ou la prise de médicaments anti-acides ;
- une sensation de nausées persistantes, un besoin de vomir, une perte de poids.

Les risques de complications augmentent avec la progression de la lésion (hémorragie digestive, perforation de l’ulcère, etc.). Il est impératif de consulter un médecin généraliste ou gastro-entérologue si vous constatez la présence de sang dans les vomissures ou les selles, des douleurs fortes et subites et un ventre dur. Ces signes d’alerte peuvent révéler une aggravation. A noter qu’un ulcère duodénal ne se transforme jamais en cancer, seul l’ulcère gastrique peut, rarement, évoluer en cancer de l’estomac.
En cas de douleurs abdominales, un avis médical est nécessaire. Des examens complémentaires pourront être prescrits pour préciser un diagnostic.

 

Soigner un ulcère et le prendre en charge : quelles solutions ? 

La prise en charge des ulcères digestifs s'est nettement améliorée depuis la découverte de la bactérie en cause. Plusieurs médicaments sont à disposition pour calmer la douleur, accélérer la cicatrisation, soigner l’ulcère et prévenir les risques de récidives. Ils visent principalement à éradiquer l’Helicobacter pylori, via des antibiotiques associés à un anti-sécrétoire (s’opposant à l'acide de l'estomac). Dans la majorité des cas, ce traitement (d’environ une semaine) est efficace et suffit à l’éradication de cette bactérie.

Le médecin généraliste ou gastro-entérologue peut proposer des examens sanguins, une endoscopie ou un « repas baryté » pour poser le diagnostic. L'endoscopie (gastroscopie) est un examen permettant de visualiser l’intérieur de l’estomac, au moyen d’une sonde munie d’une caméra. Une biopsie (prélèvement de tissus de la paroi de l’estomac) pourra être effectuée au cours de l’endoscopie : les échantillons seront ensuite analysés pour rechercher la bactérie responsable et confirmer le diagnostic. Le « repas baryté » consiste à ingérer un produit de contraste (liquide nommé barium), afin d’observer à la radiographie la lésion ulcéreuse.

Si le traitement médicamenteux ne permet pas de soigner l'ulcère, une intervention chirurgicale peut être nécessaire. La chirurgie est également à envisager pour les ulcères les plus sévères. Cependant, cette indication est exceptionnelle et concerne surtout les situations d'urgence.

 

Comment prévenir l’apparition d’un ulcère et comment soulager les douleurs associées ?

  • Eviter la prise répétée d'anti-inflammatoires (aspirine, ibuprofène, cortisone etc.)
  • Ne pas fumer : le tabagisme peut retarder, voire empêcher, la guérison d’un ulcère ;
  • Limiter la consommation d’alcool (irritant et endommageant la paroi du tube digestif) ;
  • Eviter certains aliments et boissons que vous avez pu identifiés comme augmentant la douleur (thé, café, etc.). Favoriser les produits qui vous soulagent (produits laitiers, fruits et légumes, aliments riches en fibres, etc.) ;
  • Recourir à des produits anti-acides (en vente libre dans les pharmacies), si nécessaire, pour calmer les douleurs.
 
 

Pour en savoir plus sur les ulcères gastro-duodénaux

Ulcères de l'estomac et du duodénum
www.snfge.asso.fr

 
Écrit par Docteur Vincent Bonniol le 06/02/10
  
Partager cet article
Imprimer cet article
Envoyer à un ami
 

Des actions de prévention proche de chez vous

Vous rendre acteur de votre santé et vous aider à bien vieillir

Cliquez ici

News Santé


Plafonnement du remboursement des frais d'optique à 850 €...

En savoir plus

 

Des défibrillateurs partout en France

Trouver un défibrillateur...

Cliquez ici

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.

Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici. 

Mentions légales | Plan du site | Les sites Humanis | Partenaires
Sites à découvrir : - Humanis - Comprendre ma retraite